Chapitre 1 : Un nouveau héros (1/2)

Couvertures : RHOM & Dusklight
Histoire : SteF
Date de parution : Septembre 2005


Variant Cover

9h30. New York.

L’inspecteur de police David Grey referma la porte de son appartement derrière lui. Blond aux yeux bleus, la trentaine, il portait un tee-shirt blanc, un jean et des baskets blanches. Il se rendait, comme à son habitude, au commissariat, à l’angle de la rue. David était content d’habiter à 5 minutes de son lieu de travail. Ca lui permettait de profiter un peu plus de sa femme Sarah. La voiture de David était en réparation après s’être prit un arbre pour avoir voulu éviter un gamin en roller. Mais ça ne dérangeait aucunement le jeune inspecteur. Il faisait beau, et un peu de marche lui ferait du bien. Et puis, avec ce que venait de lui apprendre Sarah, il n’aurait pas été capable de prendre le volant. Papa ! Il allait être papa ! Il était sur un nuage. Il rêvassait tellement qu’il manqua de bousculer un vieux monsieur qui était devant lui. Mais ça ne le rappela pas pour autant à la réalité. Il traversa pour rejoindre le commissariat qui se trouvait en face. Il ne vit pas le feu qui était passé au vert pour les véhicules. Il ne vit pas non plu le poids lourd arriver à toute vitesse. Le klaxon du camion le mit en garde, mais trop tard. David ferma les yeux. Ses dernières pensées allèrent à sa femme et à son enfant qu’il ne connaîtrait jamais. Mais tout ne se passa pas comme prévu. Il sentit des mains l’attraper sous les aisselles… Ses pieds quittèrent rapidement le sol… Les yeux toujours fermés, il sentit qu’il ne bougeait plus… Il paraissait immobile dans les airs… Il se risqua d’ouvrir un œil… Puis l’autre… Il regarda en bas… Il était à plus de 10 mètres du sol… La circulation était interrompue, et tous les badauds avaient la tête levée vers lui… Soudain, il entendit une voix masculine à son oreille…

«Vous êtes un chanceux !»

David mourrait d’envie de voir qui lui avait dit cela. Mais il n’osa pas bouger, de peur d’être lâché dans le vide.

«C’est ma première journée en temps que super-héros, continua le sauveur de David. Et vous êtes mon premier sauvetage ! Heureux ?
-Tr… Très, réussit à dire David. Pourriez-vous me déposer au sol ? J’ai le mal de l’air…
-Bien sur !»

Le mystérieux inconnu descendit en direction du sol. Une fois sur le trottoir, il lâcha l’inspecteur de police. Ce dernier se dépêcha de se retourner pour détailler son sauveur. Mais il avait disparu.

*****
Une semaine plus tôt. Le café «Central Perk»

«De quoi tu voulais me parler ?
-Tu veux boire quelque chose ?
-Non merci. Alors ?»

Deux hommes, la trentaine, étaient assis à une table. L’un était brun aux yeux bleus et portait un jean et un pull noir. L’autre était également brun. Il avait des lunettes et portait une tenue de sport.

«Tu ne m’as pas trouvé bizarre depuis quelques temps ? demanda l’homme au pull noir.
-Pas plus que d’habitude, répondit son ami à lunettes.
-Je suis sérieux !
-Effectivement… Tu ne sors presque plus en soirée avec nous, tu es souvent dans les nuages…
-Ok ! Ok ! J’ai compris !» l’interrompit l’homme au pull noir.

Il y eu quelques secondes de silence.

«Alors ? s’impatienta l’homme en jogging. Tu m’expliques ?
-Je crois que c’était une mauvaise idée», répondit en se levant l’homme au pull noir.

Son ami l’attrapa par le bras.

«Tu vas me dire ce qu’il se passe ! Et ce n’est pas une question !
-Très bien !» se résigna l’homme.

Il se rassit.

«Depuis quelques mois, je me sens différent.
-Comment ça, différent ?
-Tu sais que je ne suis pas réputé pour être un extraverti, ni même très courageux…
-C’est le moins que l’on puisse dire ! Tu m’as laissé me débrouiller tout seul avec les flics qu’en je leur suis rentré dedans avec ma voiture !
-Je sens que je prend de l’assurance et…»

L’homme en jogging dévisagea son ami.

«Jim, tu te fous de moi ? Tout ce mystère pour me dire que tu prend de l’assurance ?
-Laisses-moi finir ! Non seulement je prend de l’assurance, mais je suis capable de faire des trucs incroyables !
-Tu m’expliques ?
-Ca a commencé le lendemain de la soirée de bowling, il y a environ 4 mois. Je rentrais chez moi, quand j’ai vu un adolescent se faire agresser dans une ruelle par 3 gars armés de couteaux. En temps normal, j’aurais continué mon chemin, mais je me suis sentis bizarre. Comme si une force étrange m’envahissait. Sans réfléchir, je me suis jeté sur les agresseurs. Le premier a fait un vol plané dans les poubelles… qui se trouvaient à une dizaine de mètres. Le second a tenté de me donner un coup de couteau dans le ventre. Mais je ne sais comment, je me suis retrouvé en un clin d’œil derrière lui. Il a rejoint son copain dans les poubelles. Puis j’ai cherché des yeux le troisième gars, mais il avait disparu… Il avait dû avoir peur.
-Tu me fais marcher ? T’aurais une super force, ou un truc dans le genre ?
-J’ai l’air de rigoler ?

Aucun des deux hommes ne parla pendant quelques secondes.

«T’es un extraterrestre ? demanda finalement l’ami de l’homme appelé Jim.
-Arrêtes ! Je suis sérieux ! Je suis en train de changer !
-Naann ! Tu me fais marcher !
-Tu veux une preuve ? Je vais t’en donner une, répondit Jim en se levant. Retrouve-moi à mon appart ce soir à 21h ! Tu verras si je rigole !»
*****
Appartement de James Baxton. 22h30

La sonnette de la porte d’entrée retentit enfin. James se précipita pour aller ouvrir, se cognant violemment au passage dans le coin de la table basse qui trônait au milieu du salon. Mais il ne fit pas cas de cela. James ouvrit la porte.

«Mike ! s’exclama-t-il. C’est gentil de venir…avec 1h30 de retard !
-Désolé, mais il a fallut que je convainc Alyssa que je n’allais pas draguer d’autres filles. Elle ne voulait pas me croire que je venais chez toi. Faut dire que tu m’invites tellement souvent…
-Oui oui. D’accord. Suis-moi !»

Les deux hommes allèrent dans le salon. Mike Halligan connaissait James «Jim» Baxton depuis une bonne quinzaine d’années. Ils s’étaient rencontrés au collège et, avec une bande de potes, ne s’étaient plus jamais quittés. Mike trouvait que son ami avait changé depuis quelques temps. Lui qui était introverti et qui parlait peu, il était devenu plus sûr de lui et sortait même des plaisanteries. Et sa plus grande blague était peut-être en train de se dérouler en ce moment. Mike se doutait que son ami n’avait pas de pouvoirs, mais une chose était sûr. Si son ami lui faisait une blague, il avait vraiment changé…

«Assieds-toi ! lui dit Jim. Je reviens.»

Mike resta seul dans le salon pendant dix secondes. Puis il vit son ami revenir avec un gros parpaing dans les bras. Il le posa parterre.

«Maintenant, regarde bien !» dit-il à Mike. Et en un éclair, James pulvérisa le parpaing avec le poing droit. Mike se relava d’un bond.
-Co…Co…Comment t’as fait ça ?
-Tu me crois, maintenant ?
-Y’as… Y’as un truc !»

Mike s’accroupit et inspecta les débris. Puis il se releva.

«Y’as un truc, n’est-ce pas ?
-Pourquoi il y aurait un truc ? demanda James en allant s’asseoir dans un fauteuil. Il y a bien ce mec avec les capacités d’une araignée protège la veuve et l’orphelin. Et la sorte de magicien qui a foutu le souk dans un bar! Sans parler des rumeurs, comme le protecteur de Hell’s Kitchen ou la créature de pierre qui a agressé une femme dans sa voiture. Et quel est le point commun entre ces «êtres à part» ? New York ! Tout ces phénomènes ont été localisés à New York ! Peut-être que la «Grosse Pomme» est favorable au développement des supers pouvoirs ! Je n’en sait rien ! Toujours est-il que dorénavant, cette ville compte un nouveau super-héros !»

Aucun commentaire:

Publier un commentaire