Chapitre 4 : Les origines (1/3)

Histoire : SteF
Date de parution : Mai 2006

"J'étais parti pour tester mes pouvoirs, quand il y eu une explosion à la BeneTech. Ils étaient quatre ou cinq, et ils n'ont rien vu venir!"


Mike Halligan, les mains sur le volant de sa Ford Mustang noire, attendait que le feu passe au vert. Depuis leur départ de l'appartement de James Baxton, ce dernier n'avait pas arrêté de parler de son exploit de l'après-midi.

Les deux hommes se rendaient à l'anniversaire d'un ami.

"Ils venaient de faire sauter la porte d'un des labos. Ils étaient en train de piquer des CD-roms et des notes de je-sais-pas-trop-quoi. En 30 secondes, le problème était réglé! Je les ai fait valdinguer dans toute la pièce! Y'avait un scientifique inconscient dans la pièce et... Mike? Tu m'écoute?
-Hein? Oui oui! Mais ça fait la troisième fois que tu me raconte cette histoire!
-Y'a pas que ça! T'as l'air tracassé... C'est vert!
-J'ai eu la visite d'un ancien collègue hier matin (voir Urban Punisher #1), répondit Mike en accélérant.
-Et tu l'aimais pas?
-Au contraire! On était de très bon pote! Mais... Il a mal tourné.
-Attends une minute! Tu ne parles quand même pas de Aaron Kearse?
-Si...
-T'en a parlé à..."

Soudain, James se tût. Il semblait bizarre.

"Ca ne va pas? s'inquiéta Mike.
-Je... J'entend comme une radio... C'est... C'est la radio de la police...
-Quoi?
-Il y a un incendie dans un immeuble.
-Encore un nouveau pouvoir? T'as une super ouïe maintenant?
-Ouais! J'ai découvert ça quand j'ai évalué mes pouvoirs, après l'attaque de la BeneTech. Mais ça se déclenche n'importe quand. J'arrive pas encore à le maîtriser. Bon, je dois y aller! dit James à son ami.
-Non! Tu restes là! Les pompiers vont s'en charger!
-Je n'ai pas le temps de rester discuter avec toi! répondit James en ouvrant la portière.
-Je ne te couvrirais pas!

Une fois dehors, James passa la tête par la portière.

-Tu sais bien que si! Dis à Victor que j'aurais un peu de retard parce que... Bah, tu trouveras bien une excuse.
-Je t'ai dis..."

Mais James était déjà parti se changer dans une ruelle déserte. "J'ai bien fais de garder mon costume en dessous!" pensa-t-il. Après avoir mit son masque, il cacha ses vêtements dans un coin et prit son envol en direction de l'immeuble. A peine 10 secondes plus tard, il était dans le brasier.

"Cool! murmura-t-il. J'ai une super vitesse! Et... Et je ne sens pas la chaleur des flammes! Bon, c'est pas tout ça, je suis là pour sauver des vies! Il y a quelqu'un? cria-t-il.
-Ici! répondit une voix féminine.
-N'ayez crainte! J'arrive!" répondit Steelman.

Il tourna la poignée d'un des appartements, mais elle était fermée. Ne perdant pas de temps, le nouveau héros la défonça d'un violent coup de pied. Une fois dans la pièce, il chercha la femme du regard, la fumée n'arrangeant rien. Puis il la trouva, blottie dans un coin de l'appartement, les genoux collés à son menton. Elle était brune et avait environ 35 ans. Elle devait sortir de la douche, car elle ne portait qu'un peignoir anciennement blanc, maintenant gris à cause de l'incendie.

"Venez, madame! dit Steelman en lui tendant la main.

Mais en voyant son sauveur, la femme paru terrifiée.

-Non! Pas vous! Laissez-moi! Partez!
-Mais je viens vous sauver! se défendit Steelman.
-Ils vous ont envoyé pour s'assurer que j'y reste cette fois-ci! Mais d'autres prendront la relève!
-Allons continuer cette conversation dehors, vous voulez bien? Je ne vous veux aucun mal...
-Ils vous ont créé! Vous êtes l'un des leurs..."

Puis la femme s'évanouie. Ne perdant pas une seconde de plus, Steelman la prit sur ses épaules. Un petit carnet tomba au sol. La femme devait l'avoir caché entre son ventre et ses jambes. Steelman le ramassa et se dirigea vers la sortie. Une fois dehors, il confia la femme aux ambulanciers, mais il garda le carnet avec lui. Les pompiers étaient là pour maitriser le feu. Steelman retourna dans l'immeuble pour s'assurer qu'il ne restait personne. Une fois rassuré, il sortit de l'immeuble et alla se balader au dessus de New York.

Sauver cette femme lui avait fait ressentir une poussée d'adrénaline. C'était encore plus fort que la fois où il avait sauvé les gens du tramway. A chaque fois qu'il sauvait quelqu'un, c'était... C'était indescriptible. Il ne pouvait pas aller chez son ami Victor avant de s'être à nouveau "shooté" à l'héroïsme. Il était tellement plongé dans sa rêverie qu'il en avait oublié le petit carnet qu'il tenait toujours dans la main droite. Ce n'est qu'au bout de 10 minutes qu'il s'en rendit compte. Il alla se poser là où il était certain de ne pas être dérangé : le Golden Gate Bridge. Il prit une page au hasard. Elle était recouverte de phrases écrites dans une langue inconnue de Steelman. Il en prit une autre. Idem. Il continua de feuilleter le carnet, et s'arrêta à une liste de noms : Strange, Banner et Reilly. Puis il tourna les pages, jusqu'à tomber sur une deuxième liste : Castle, Kearse, Estacado, Colt et Baxton. Baxton? Pourquoi son nom apparaissait-il sur ce carnet? C'est alors qu'il se souvint des paroles de la femme : "Ils vous ont créé!" Elle savait probablement d'où lui venaient ses pouvoirs. Mais pourquoi était-elle si effrayée? La seule façon de le savoir était d'aller lui rendre visite à l'hôpital. Mais pas maintenant. Il fallait certainement qu'elle se repose, et lui devait se rendre à l'anniversaire de Victor. D'ailleurs, comment allait-il se changer sans que personne ne le remarque? Pour James Baxton, c'était facile de se changer en super-héros dans une ruelle sans que personne ne le voit. Mais c'était une autre paire de manches pour Steelman...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire